Atelier Camelir, terre de poésie

C’est après un petit bout de chemin sinueux et bucolique dans le Trièves que l’on parvient à l’atelier de Camelir, à la Motte Saint Martin. 

Dès l’extérieur, le ton est donné: des tissus en lin teintés sèchent près d’un seau rempli de terre à porcelaine en train de détremper (une façon écologique de la réutiliser quand elle est sèche). Une ribambelle de fleurs: pois de senteur roses, roses trémières, immortelles jaunes et quelques cactées complètent le décor.

Camelir est issue de l’association des 2 prénoms de la créatrice: Cécile et Amélie avec la première lettre de son nom de famille. Camelir c’est aussi l’anagramme du mot miracle… Belle coïncidence car dans son atelier, on a l’impression d’être touché par un pur moment de grâce et de poésie.

La nature et la poésie comme sources d’inspiration

Le regard est immédiatement happé par la profusion des créations : boutons, pochettes en cuir, tissages artisanaux, sac en lin à teinture végétale, essais de poteries en matière brute, vaisselle délicate avec impression végétale dorée… Divers ustensiles complètent ce décor : four de potière, machine à coudre, poinçon pour le cuir, ainsi qu’un pied photo et un ordinateur. Car Cécile a une boutique en ligne et alimente son site et ses réseaux sociaux de ses propres photos.

Ce qui frappe également c’est la finesse et le raffinement de ces objets, et leur harmonie avec le lieu.

Cécile est une artisane aux multiples talents, qui allie l’habileté manuelle à une créativité inépuisable, et cela dans beaucoup de domaines : couture, cuir, céramique, poterie.

Elle trouve l’inspiration dans la nature et cherche constamment ce qui peut être intégré dans ses créations : plantes, feuilles, fleurs, graines, ramassées sur le bord des chemins ou dans son jardin. Cécile aime utiliser des couleurs naturelles, un peu délavées. Et teint ses textiles en lin avec des plantes ou des épluchures de légume. Bref la nature est source d’expérimentation pour trouver la forme, le transfert, l’empreinte naturelle ou la couleur qui conviennent le mieux pour implémenter ses idées. 

” L’imagination de Cécile est aussi stimulée par les mots et la poésie.

La genèse de ce fab lab bucolique

Cécile a baigné dans l’art et la matière dès son enfance.  Sa maman cousait et tricotait, sa grand-mère était peintre.  Et son grand-père était commercial en mercerie: belle prémonition pour cette créatrice de bouton singuliers.  Est-ce un hasard si petite, elle jouait à la marchande avec les échantillons de mercerie de son grand-père ?

Après avoir commencé dans l’histoire de l’art, Cecile réalise qu’elle a besoin de concrêt.  Du coup elle réoriente ses études vers des stages pratiques dans la menuiserie, tapisserie d’ameublement, le vitrail, et la couture. Ensuite elle enchaîne avec un BTS en matériaux souples.

Son diplôme obtenu, elle se lance dans la création de collections de vêtement en parallèle d’un emploi salarié. De fil en aiguille, Cécile se met à son compte. En 2011 elle s’installe dans son atelier actuel dans le Trièves et crée la marque Camelir.

Elle conçoit d’abord des sacs de cuir. Sacs qu’un beau jour elle décide d’agrémenter de boutons de sa propre fabrication, ne trouvant pas ce qui répondait à ses envies chez ses fournisseurs.

Ses boutons de porcelaine rencontrant un vif succès, elle décide de les vendre à l’unité. Ses clientes DIY sont friandes d’ajouter le petit détail qui fait toute la différence à leurs propres créations. Camelir se construit une belle notoriété après la participation à des salons comme Création et Savoir-Faire à Paris. Camelir a même des clientes Outre-Atlantique !

Une idée en amenant une autre, Cécile se perfectionne en céramique pour créer d’autres objets : de la vaisselle, et des objets de curiosité comme ses tessons, qui sont des carreaux de céramique de forme rectangulaire ornés de décors végétaux ou de mots inspirants.

Enfin, cette artiste accomplie et pluri-créative aime aussi pratiquer la photo, notamment des macros, qui essaiment son compte Instagram.

Atelier Camelir: une parenthèse inattendue pour vous aussi ?

Son prochain projet : transmettre !

Cécile a une nature généreuse, son sourire éclatant en témoigne. Elle a ainsi une profonde envie de transmission, comprenant que son talent de créativité est un joyau qui peut faire du bien aux autres. Avant la crise sanitaire, elle organisait des ateliers papote et tricot, une fois par mois.

Aujourd’hui son souhait est d’animer des ateliers de créativité nommés « parenthèse inattendue ».

 4 jours en immersion dans le Trièves avec elle, ses idées, son rire, sa bonne humeur, et la nature, pour créer au fil de ses idées. Cela fait envie…

Vous laisserez-vous tenter ?

Article rédigé par Annie Frénot photographe

Les création de Camelir sont en vente sur sa boutique en ligne sur le site Atelier Camelir